poupon

La consommation de poisson pendant la grossesse apporte-t-elle des avantages métaboliques aux enfants ?

Консумацията на риба по време на бременност предоставя ли ползи за метаболитното здраве на децата?

Fan de bebe reborn et poupée reborn ? Retrouvez tous nos poupées reborn en silicone à -20 % dans notre boutique BEBE REBORN avec le code MBR20

Depuis plusieurs années, il est déconseillé aux femmes enceintes de consommer de gros poissons gras pendant la grossesse, car sa forte concentration en mercure peut affecter le développement cognitif du fœtus. Cependant, l’équilibre entre le risque de mercure et les avantages nutritionnels de la consommation de poisson pendant la grossesse pour la santé métabolique des enfants est inconnu, et une nouvelle étude met en lumière cette question.



Données de l’Enquête

Le but de l’étude était d’évaluer les associations entre la consommation de poisson et l’exposition au mercure pendant la grossesse avec le syndrome métabolique chez les enfants et les changements dans les biomarqueurs de l’inflammation chez les enfants. Le syndrome métabolique est le nom donné à un groupe de facteurs de risque de maladie cardiaque, de diabète et d’autres problèmes de santé.

Les maladies cardiovasculaires, une cause fréquente de décès dans le monde, commencent tôt dans la vie. Les marqueurs de risque cardiométaboliques traditionnels, qui comprennent l’obésité centrale, l’hypertension artérielle (TA), la dyslipidémie et l’hyperinsulinémie, partagent des mécanismes physiopathologiques communs, y compris l’inflammation, et coexistent probablement non seulement dans l’enfance, mais persistent à l’âge adulte. Par conséquent, il est important d’identifier les déterminants de risque précoces qui peuvent être ciblés pour des interventions préventives (telles que la nutrition maternelle pendant la grossesse).

Et une forte exposition au mercure des gros poissons gras pendant la grossesse est connue pour être nocive pour le développement du fœtus, mais il est également important de consommer du poisson pendant la grossesse car il contient des nutriments nécessaires au développement du fœtus. Le poisson est la principale source alimentaire d’acides gras ω-3 polyinsaturés à longue chaîne, qui peuvent avoir des propriétés anti-inflammatoires et peuvent être associés à des avantages cardiométaboliques. Cependant, le poisson est également une source courante d’exposition au mercure, qui peut être associée à des effets opposés. Des études chez l’adulte suggèrent qu’une consommation modérée de poisson est associée à un risque plus faible de maladie cardiovasculaire, avec peu ou pas de bénéfice supplémentaire observé pour la consommation de poisson plus de 3 fois par semaine.

Cela pose la question de savoir s’il vaut mieux consommer des petits tassergals, aucun, ou seulement certaines espèces. Cette étude éclaire cette question.

Elle a utilisé les données d’études menées dans 5 pays européens (France, Grèce, Norvège, Espagne et Royaume-Uni) entre le 1er avril 2003 et le 26 février 2016 dans le cadre de l’Exposome Early Human Life Project (HELIX). Les mères et leurs enfants non mariés ont été suivis jusqu’à ce que les enfants aient entre 6 et 12 ans. Les données ont été analysées entre le 1er mars et le 2 août 2019. Chez les mères, l’âge moyen (ET) à l’entrée de la cohorte ou à la naissance de leur enfant était de 31,3 (4,6) ans. Au total, 400 femmes (49,7%) ont un niveau d’instruction élevé et 432 femmes (53,7%) sont multipares. Chez les enfants, l’âge moyen (ET) était de 8,4 (1,5) ans (tranche d’âge, 6-12 ans). Au total, 453 enfants (56,3 %) étaient des garçons et 734 enfants (91,2 %) étaient blancs/ethniques.

L’apport maternel pendant la grossesse (mesuré en fois par semaine) a été évalué à l’aide de questionnaires de fréquence alimentaire validés, et la concentration maternelle de mercure (mesurée en microgrammes par litre) a été évaluée à l’aide de sang maternel et d’échantillons de sang du cordon ombilical.

Un score total de syndrome métabolique pour les enfants a été calculé à l’aide des scores z du tour de taille, de la pression artérielle systolique et diastolique, et des taux de triglycérides, de cholestérol à lipoprotéines de haute densité et d’insuline. Un score de syndrome métabolique plus élevé (plage de scores, -4,9 à 7,5) indique un profil métabolique plus mauvais. Trois panels de protéines ont été utilisés pour mesurer différentes cytokines (protéines qui régulent la fonction des cellules qui les produisent sur d’autres types cellulaires) et adipokines (molécules dites bioactives provenant principalement du tissu adipeux blanc) dans le plasma des enfants.



Est-ce que manger du poisson est mauvais pendant la grossesse ?

La consommation de poisson conforme aux recommandations sanitaires (1 à 3 fois par semaine) pendant la grossesse a été associée à une réduction de 1 U du score du syndrome métabolique de l’enfant par rapport à une consommation plus faible (< 1 fois par semaine) après ajustement pour les niveaux de mercure maternel et d'autres covariables. Aucun bénéfice supplémentaire n'a été observé en mangeant du poisson plus de 3 fois par semaine.

Une concentration de mercure maternelle plus élevée était indépendamment associée à une augmentation du score de syndrome métabolique de leur progéniture. Par rapport à une faible consommation de poisson, une consommation modérée et élevée de poisson pendant la grossesse était associée à des niveaux réduits de cytokines anti-inflammatoires et d’adipokines chez les enfants. Une analyse intégrée a identifié un groupe d’enfants présentant une susceptibilité accrue aux maladies métaboliques caractérisées par une faible consommation de poisson pendant la grossesse, des niveaux élevés de mercure maternel, des niveaux réduits d’adiponectine chez les enfants et des niveaux accrus de leptine, un facteur de nécrose. Tumeur α et cytokines interleukine 6 et interleukine 1β chez l’enfant.

En conclusion, la consommation de poisson pendant la grossesse, en particulier la consommation modérée de poisson conforme aux recommandations actuelles, est associée à des améliorations du profil métabolique des enfants, comme l’indique un score de syndrome métabolique plus faible. Une exposition plus élevée au mercure pendant la grossesse est associée à un profil métabolique plus mauvais chez les enfants. Nous avons également constaté que la consommation de poisson et les niveaux de mercure pendant la grossesse peuvent être utilisés pour caractériser les sous-groupes d’enfants présentant des modifications des cytokines et des adipokines inflammatoires et que ces sous-groupes sont associés à la santé métabolique des enfants. Ces résultats sont cohérents avec un rôle de l’inflammation dans les conséquences métaboliques de la consommation de poisson et de l’exposition au mercure.

Plus précisément, par rapport à une faible consommation de poisson, manger plus de 1 mais moins de 3 portions de poisson par semaine était associé à un meilleur résultat du syndrome métabolique chez les enfants. Ce meilleur résultat était principalement dû à des associations favorables avec le tour de taille, les taux de cholestérol HDL et les taux d’insuline. Une atténuation du bénéfice métabolique a été observée avec une consommation maternelle de poisson supérieure à la quantité recommandée (> 3 fois par semaine).

L’exposition concomitante au mercure peut masquer ou contrecarrer les avantages de la consommation de poisson, en particulier à des niveaux élevés d’apport. L’exposition au mercure est associée au syndrome métabolique, à l’obésité viscérale et à la résistance à l’insuline, en particulier chez les adultes. De plus, l’exposition prénatale au mercure avait un score de syndrome métabolique plus élevé chez les enfants, en grande partie en raison d’associations positives avec le tour de taille et les niveaux d’insuline. Les estimations des effets pour l’exposition au mercure étaient plus petites mais indépendantes de celles pour la consommation maternelle de poisson. À notre connaissance, aucune étude antérieure n’a examiné l’association de l’exposition prénatale au mercure avec le profil métabolique général ou les mesures de l’adiposité et de l’insuline chez les enfants.L’ajustement pour l’exposition maternelle au mercure dans notre analyse a renforcé les estimations d’effet pour une consommation élevée de poisson. Cependant, cet ajustement n’explique pas entièrement le bénéfice métabolique plus faible observé avec un apport élevé par rapport à un apport modéré. Cet affaiblissement en faveur persiste même après un ajustement supplémentaire pour les polluants organiques (biphényles polychlorés et dichlorodiphényldichloroéthylène) et l’arsenic, qui sont couramment présents dans les poissons et pourraient avoir des effets métaboliques néfastes. Cet affaiblissement en faveur persiste même après un ajustement supplémentaire pour les polluants organiques (biphényles polychlorés et dichlorodiphényldichloroéthylène) et l’arsenic, que l’on trouve couramment dans les poissons et qui pourraient avoir des effets métaboliques néfastes. Cet affaiblissement en faveur persiste même après un ajustement supplémentaire pour tenir compte des polluants organiques (biphényles polychlorés et dichlorodiphényldichloroéthylène) et de l’arsenic, qui se trouvent couramment dans les poissons et pourraient avoir des effets métaboliques néfastes. effets.

Par conséquent, pour les femmes enceintes, le bénéfice d’une consommation de poisson conforme aux recommandations de la Food and Drug Administration américaine et de l’Environmental Protection Agency l’emporte sur le risque en termes de santé métabolique des enfants. Nous pensons que les dommages métaboliques potentiels de l’exposition au mercure sont préoccupants et que des efforts sont nécessaires pour limiter la contamination par le mercure.



La source:

“Association de la consommation de poisson et de l’exposition au mercure pendant la grossesse avec la santé métabolique et les biomarqueurs inflammatoires chez les enfants”, Nikos Stratakis ; David W. Conti; Eva Boras et autres. JAMA Netw Open. 2020 ; 3 (3) : e201007. doi : 10.1001/jamanetworkopen.2020.1007

Retrouvez l’ensemble de nos bebe reborn fille, bebe reborn garçon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *